13 Jan
  • By Africa Care
  • Cause in

Au revoir Abdallah

Après un mois d’échanges, d’enquêtes et de recherches, notre travail intensif avec Abdallah commence le Vendredi 13 Janvier lorsqu’il demande à la présidente d’AfricaCare de l’aide pour rentrer à Brazzaville. Ce jour-là on lui a donné de l’eau et à manger, ainsi que notre banc pour se reposer, il devait être épuisé puisqu’il a dormi pendant 6 heures. Lors de notre interview d’alors, nous découvrions avec stupéfaction qu’il était parti de chez lui à Brazzaville en prenant illégalement un train (de marchandises), nommé localement « train Express ».
Nous avons d’ailleurs découvert avec effroi que ce mode de voyage périlleux, à se retrouver accroché à l’extérieur d’un train de marchandises, est courant pour bon nombre d’enfants fuyant un contexte familial difficile, parfois même violent, et pensant aller vers un avenir plus beau. Certains retrouvent de la famille prête à les accueillir au bout de leur périple, mais pour beaucoup d’entre eux la désillusion à l’arrivée est forte. Comme cela a été le cas pour Abdallah quand il apprit que sa mère qu’il pensait être à Pointe-Noire était en réalité repartie à Brazzaville. Il se retrouva alors seul, livré à lui-même.
Les jours qui suivaient, nous nous sommes occupés de lui en lui donnant de quoi manger, à boire et un lieu de repos. Nous l’avons aussi amené faire une consultation auprès de notre partenaire l’hôpital A. SICE. Après consultation et radio, le médecin nous apprend qu’il souffre d’une bronchite aigue, nous lui achetons alors des médicaments et le soignons pendant plusieurs jours. Nous lui avons acheté des vêtements, une paire de baskets et des tongs, ainsi que le nécessaire d’une trousse de toilette. Pendant la semaine de travail sur Abdallah, nous avons fait en sorte qu’il ne reste plus dans la rue, nous l’occupions en journée en lui donnant quelques cours de français et mathématiques afin notamment d’évaluer son niveau scolaire.
Les jours passèrent, et notre travail sur Abdallah touchait à sa fin. Nous lui avons acheté un billet de bus Pointe-Noire Brazzaville ainsi qu’un billet aller-retour pour le membre de notre équipe qui l’accompagnerait. Le Jeudi 19 Janvier, nous avons logé Abdallah afin de nous assurer que personne ne soit en retard pour le grand retour. Vendredi 20 Janvier, nous déposions en compagnie de Romain le coordinateur entre la famille et AfricaCare, Marc l’accompagnateur et Abdallah à la station de bus Océan Nord. Ils partirent à 7h35 du matin et arrivèrent à Brazzaville à 15h47. Le papa d’Abdallah les y attendait.
Nous ne pouvons vous décrire la joie et la satisfaction que nous avons ressentis lorsque nous avons eu Abdallah et son père au téléphone à nouveau réunis, reconnaissants et tous deux soulagés de se retrouver.
Un très grand merci à Mesdames Anabela Kheres et à Mariam Amine dont le parrainage d’accompagnement et les dons nous ont permis de ramener Abdallah chez son père, et ce en tenue décente.
Abdallah était venu nous voir un Vendredi 13, à croire que cette date lui avait porté chance.