Droit fondamental inscrit dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, l’éducation a des effets mesurables et incontestables sur la démographie, la santé, la croissance économique, l’environnement, la cohésion sociale et la paix. Elle améliore l’accès à l’emploi et à des revenus décents, et favorise la modification des comportements sociaux et des modes de production.

L’éducation est également un facteur essentiel dans la réduction des inégalités, elle favorise la participation des populations au développement économique et social, à l’exercice de la citoyenneté, à la bonne gouvernance et à la stabilité politique.

C’est en parfaite considération de cela que nous avons décidé de nous investir au niveau de l’éducation des jeunes africains. Nous souhaitons nous impliquer dans un premier temps dans la rénovation de structures éducatives à commencer par celles œuvrant dans l’accueil et l’hébergement d’orphelins, puis celles travaillant pour la réinsertion sociale des enfants et jeunes en rupture sociale (enfants de la rue). Nous nous consacrons notamment aux structures les moins accompagnées, les plus démunies en ressources de tout genre.

Dans un second temps, nous aspirons à bâtir des internats pour enfants et adolescents tout statut confondu, ainsi que des centres de formation pour adultes, qui constitueront à l’avenir un capital humain local qualifié et performant. Nous souhaitons notamment créer des centres de formations pour les enseignants pour la garantie d’une classe sociale éducative en constante progression. D’ailleurs ne dit-on pas qu’«Un peuple éveillé c’est un peuple autonome» ? (Philippe Van Thuyne)